Point travaux : la démolition est ENFIN finie !

Aujourd’hui je vous propose un article un peu plus personnel sur la rénovation de ma maison. Après un an de travaux, je vous raconte cette année un peu folle et pleine de surprises. Un petit “bilan” sous forme de rétrospective dont j’ai même gardé une trace sous forme de livre.

Si vous lisez le blog depuis quelque temps, vous le savez sûrement, je suis devenue propriétaire l’année dernière pour la première fois. Une maison à rénover entièrement, une aventure dans laquelle je me suis lancée la fleur au fusil sans bien me rendre compte, je le réalise maintenant, de l’ampleur de ce qui m’attendais ! Et si vous me suivez sur Instagram dans les story travaux que je vous partage au jour le jour, vous savez déjà que cette rénovation n’est pas de tout repos.

Il y a quelques semaines, le site CEWE m’a proposé de tester leur service de livre photo. J’avais en tête depuis le début de faire un album de ce type pour mes travaux, j’ai donc accepté avec plaisir ! J’ai pris pas mal de photos avec mon téléphone tout au long du chantier, mais tout était éparpillé sur mon pc ou mon smartphone, et pas très accessible. J’avais envie d’un support pour regrouper tout ça, pour pouvoir le partager facilement à mon entourage, et garder une trace de cette aventure. La plupart des gens créent des albums photos pour leurs voyages, moi j’ai donc créé un livre photo pour mes travaux !

A l’heure ou la reconstruction commence enfin, cette collaboration a été pour moi l’occasion de me pencher un peu sur cette année si particulière, et surtout de vous donner quelques nouvelles en vous la partageant sous un angle différent de celui des réseaux sociaux. Si vous rénovez, j’espère que le partage de mon expérience pourra vous intéresser, et si vous l’avez déjà fait, cela vous rappellera sûrement des souvenirs !:)

 

La démolition : Une aventure pas de tout repos !

Lorsque j’ai acheté la maison, la seule rénovation que j’avais fait était celle de mon appartement précédent. Mais on peut plutôt parler de rafraichissement que de rénovation, puisque j’avais surtout refait le sol et les murs. Pour ma maison, le défi est tout autre et comprend des gros travaux : électricité, plomberie, isolation, chauffage, modifications de certaines cloisons. Sur le papier le programme était déjà conséquent et on partait de loin question style, je vous avais d’ailleurs partagé le projet initial ICI.

Et puis il y a eu… La réalité ! La maison m’a réservé quelques mauvaises surprises dont voici un rapide résumé pour que vous compreniez un peu ce qu’à été cette année pour moi et les changements et contretemps auxquels tout cela a donné suite:

  • Sous le lambris et le placo, j’ai découvert de l’humidité, des parpaings friables, des ouvertures de mur porteurs sans ipn et des fissures du sol au plafond. Ma maison s’est aussi révélée un vrai refuge LPO : cloportes par centaines, mais aussi dans les combles des doublages de cloisons remplies de milliers de crottes de souris, de fouine et même de chauve-souris (une colonie avait visiblement l’habitude de s’installer là régulièrement).
  • L’eau m’a aussi donné quelques sueurs froides : il y a eu le compteur cassé, les fuites dans la maison, et les eaux pluviales qui se sont avérées arriver dans une réserve d’eau enterrée mais sans évacuation de trop plein. La cuve débordait sous ma maison, et lorsque j’ai voulu la raccorder, elle s’est avérée pourrie.
  • Enfin, les évènements extérieurs n’ont pas toujours été de mon côté non plus :) . Le covid a impacté nos vies dans tous les domaines et la rénovation n’a pas échappé à la règle : 3 confinements, cela signifie des mois sans pouvoir avancer sur les travaux. Aujourd’hui, c’est la pénurie de matériaux, les délais de production rallongés et la hausse drastique des prix du bois notamment qui impactent tous ceux qui comment moi, on un projet de construction ou de rénovation.

Photo 1 : condamnation de la cuve de réserve d’eau enterrée devant la maison et réalisation d’un puit perdu
Photo 2 : Evacuation de la laine de verre des combles (et des nombreuses déjections animales ! :) ) et dépose des cloisons intérieures

Une démolition totale pour repartir sur des bases saines

Face aux découvertes que je faisais dans la maison, j’ai finalement fini par TOUT démolir et mettre à nu. Cela a représenté beaucoup de travail en plus (et un budget supplémentaire aussi), mais que je ne regrette pas car cela me permet de repartir sur une base saine. Je n’ai finalement rien gardé, ni plancher, ni cloison, ni plafond, ni isolation… J’ai rebouché la réserve d’eau enterrée, créé un puit perdu, refais le solivage et renforcé la charpente, le système de chauffage va être transformé,des nouvelles évacuations d’eau vont être créées et la plomberie sera entièrement refaite.

Désosser ma maison ainsi m’a permis de la comprendre : comment elle a été construite, quelles modifications ont été faites précédemment, et je la connais maintenant comme ma poche ! Le résultat, c’est un espace comme une page (presque) blanche qui m’a permis de revoir entièrement les plans prévus pour quelque chose de plus ambitieux mais, je l’espère, de plus chouette aussi. En tout cas le projet de reconstruction m’enthousiasme vraiment !

La démolition m’a pris environs 2 mois en terme de nombre de jours, mais s’est étalée sur un an. Une durée interminable que je n’avais pas du tout prévue et qui m’a souvent découragée pour être honnête. Mais quand je vois les photos de l’état initial VS actuel de la maison, je me rends compte des avancements.

Des galères, mais aussi des bons souvenirs !

Les confinements m’ont fait prendre pas mal de retard, mais ce qui a rallongé considérablement la phase de démolition, c’est avant tout une hernie discale cervicale qui s’est déclarée brutalement 2 semaines après le début des travaux. J’avais envisagé beaucoup de difficultés potentielles pour cette rénovation, mais le fait que mon corps me stoppe dans mon projet, ça je ne l’avais pas imaginé une seconde ! J’ai passé quelques mois en grande partie allongée, et si aujourd’hui je ne suis pas guérie loin de là, je vais beaucoup mieux et je peux à nouveau refaire certains travaux. Moi qui avais prévu de faire cette démolition seule, j’ai donc dû accepter de me faire aider, et j’ai la chance d’avoir eu des proches qui ont répondus présents !

Ma famille m’a beaucoup aidé : mon père ne compte plus les missions évacuations de gravats et a enlevé toute la laine de verre des combles (des heures plié en 2 les bras levés dans le noir et la chaleur, une partie vraiment pas agréable !), ma mère a elle aussi mis la main à la patte plusieurs fois, et même mon frère est venu me donner un coup de main lors d’un de ses passages en France !

Mes amis ont eux aussi été de la partie, et notamment l’une d’elle qui a traversé la France pour venir m’aider durant une semaine. Nous avons campé dans la maison pendant cette période, en prenant nos douches à la plage, en cuisinant sur un réchaud dans le garage et en dormant sur le chantier. Et c’était trop chouette !

Tous ces moments sont d’excellents souvenirs et c’est avant tout ceux là que j’avais à cœur d’imprimer. Ce sont ces moments que j’ai eu envie de coucher sur le papier, car au final c’est d’abord ça qui restera je crois.

A l’heure ou j’écris ces lignes, la reconstruction a commencé. J’ai hâte de vous la partager et de voir mes idées prendre forme, et cela fera l’objet d’un deuxième album :)

 

La réalisation de mon livre photo

Le site CEWE propose un immense choix d’options pour créer son livre photo : format, mise en page, type de papier, couverture, nombre de pages, à peu près tout est personnalisable. Le site vous propose des modèles de mises en page pour vous aider, mais vous pouvez également configurer les emplacements photos comme vous le souhaitez. Vous pouvez ensuite ajouter du texte et même des arrières plans à votre guise. En ce qui me concerne, j’ai choisi un format A4 en portrait, et une couverture rigide pour pouvoir notamment le ranger facilement dans ma bibliothèque.

En terme de contenu, j’avais donc envie de garder une trace des moments marquants, de ceux partagés avec mes proches, et également de la maison “avant”. Lorsque les travaux seront finis, je trouve ça chouette de pouvoir montrer et me rappeler d’où je suis partie ! Et puis, c’est l’histoire de la maison, d’ailleurs j’ai commencé mon livre par une page de photos laissées par l’ancienne propriétaire. On y voit la maison dans les années 90, et je tenais à ce qu’elles soient dans le livre.

La maison dans les années 90

J’ai choisi de mettre deux ou trois photos maximum par page, afin qu’elles restent dans un format généreux et agréable à regarder. La plupart de mes photos ont étés réalisés au téléphone, dans une résolution pas toujours optimum, j’avais donc un peu peur du résultat à l’impression. Pour éviter les déconvenues, à chaque ajout de photo, le site vous indique si la résolution est suffisante pour une bonne qualité d’impression dans la taille choisie. Si besoin, vous pouvez ensuite recadrer ou changer le format très simplement.

J’ai sélectionné une impression sur papier digital mat Premium, qui offre des contrastes doux et est adapté à tous types de photos. Je ne l’ai pas fait pour mon livre, mais vous pouvez bien-sûr ajouter du texte si vous le souhaitez.

La maison et sa décoration très… particulière, lors de ma première visite

Comptez une petite semaine pour recevoir votre livre une fois la commande passée. En termes de tarifs, je les trouve très compétitifs, puisque pour mon livre de 26 pages (soit 70 photos environs) avec les options choisies, le coût est de moins de 35 euros. Quand je l’ai reçu, je vous avoue que cela m’a fait un petit quelque chose de voir toute mon année défiler au fur et à mesure des pages!  Garder les photos sur son téléphone est une chose, mais c’est vraiment une autre émotion d’avoir tout cela sur papier et sous forme de livre.

**

1 Comment

Laisser un commentaire