Une déco aux textiles colorés, chez la créatrice Liina Viira

Liina Viira est une créatrice suédoise de vêtements d’origine estonienne. En 2005, elle décide d’aller passer une année dans le pays de ses grands parents, et en tombe amoureuse : 9 ans plus tard, elle y vit toujours. C’est à Tallinn qu’elle a élu domicile, dans un appartement qu’elle a entièrement rénové. Elle en a fait un endroit personnel et doux, en repensant l’espace comme un lieu ouvert, dont le sol et les murs immaculés de blanc mettent en valeur ses créations, meubles de famille et objets chinés.

Des objets métalliques, du bois, et beaucoup de textiles colorés font la personnalité de ce lieu. Et c’est la propriétaire qui nous en fait la visite, via l’interview qu’elle a accordé à Design Sponge.

liisa viira appartement_3

 » Le tapis est d’Essaouira, au Maroc. La couleur et les motifs rappellent les vêtements traditionnels estoniens. C’est tellement cool de voir comme le monde est uni par ces motifs anciens. J’aime l’idée que nous sommes si connecté et proche – en quelque sorte.  »

liisa viira appartement_10

Dans le coin salon, « tout est tricoté! J’ai fait une couverture en laine pour mon canapé années 50. J’adore ce modèle, c’est en fait un modèle unique qui a des racines à la fois estoniennes et dans les habitudes nationales suédoises. Les oreillers sont une trouvaille d’un de mes voyages à Essaouira, au Maroc. La boîte à chapeau de placage et la valise sont des produits originaux « Luterma » (une entreprise de meubles estonienne célèbre établie en 1883) « . Les coffres, boîtes, valises : « je ne sais pas pourquoi j’ai un tel amour pour eux. Peut-être parce que je suis toujours en mouvement. Les oreillers sont ceux de ma propre marque – NAiiV . L’horloge est un cadeau d’un ami, le designer Pavel Sidorenko.

liisa viira appartement_1

A gauche, « l’image de la fleur de lotus est un morceau de papier peint que j’avais dans ma maison d’enfance. Le sac à main rose en forme d’enveloppe est à ma mère, un classique qui fonctionne toujours. La statuette d’homme en bois a été trouvée dans un magasin vintage à Helsinki. Il me semblait si paisible, et maintenant il sert de support de collier. »

A droite, « Ma bibliothèque provisoire, construite à partir de boîtes en bois et planches de verre. La plupart des peintures sur le mur sont faites par mon ami et artiste français, Grégoire Laroche Joubert »

liisa viira appartement_5

A gauche :  » la robe que je portais lors du bal présidentiel de l’an dernier. Elle est faite de cuir, j’ai brodé moi-même le motif sur la poitrine ! La chaise appartenait à mon grand-père. J’ai ouvert le mur entre la cuisine et le salon et dans le fond, vous pouvez voir la cuisine, avec le seul mur qui a été peint en couleur. « 

A droite :  » ma collection de ceintures traditionnelles. « 

liisa viira appartement_2

A droite :  » Ce meuble de métier provient d’une bibliothèque. Il est parfait pour organiser tous mes trucs. La machine à coudre verte est une «Elna grasshopper » des années 50. Elle est en parfait état ​​et je l’utilise encore. L’étui à pistolet « Makarov » me sert de sac de soirée ces derniers jours … mortel, non ?  »

liisa viira appartement_6

La chaise sur la gauche est issue d’une usine de métal. J’étais dans cette usine pour une raison différente, mais je suis tombée amoureuse de ces chaises et des travailleurs assis dessus. J’ai négocié et j’ai pu en acheter six.

liisa viira appartement_9

A gauche,  » ma grand-mère a crocheté ce couvre-lit pour moi. Il lui a fallu un an. C’est une de ces choses que je prendrais dans un immeuble en feu avant de sortir. La couverture sur le dessus du lit est une édition limitée par NAiiV (sa marque, ndlr). Et les lampes sont celles de mon grand-père pour lesquelles j’ai créé de nouveaux abat-jour en textile imprimé par « Josef Frank ».

A droite : cette armoire est une « preuve de mon amour pour le métal et la rouille. Je pense que la combinaison entre le métal brut et le verre est vraiment magnifique. Je n’ai jamais gardé mes vêtements dans un placard. Je pense à eux comme à une partie de ma décoration. Et les vêtements sont, pour moi, une sorte de souvenir, rempli d’histoires. »

liisa viira appartement_7

« Le buffet de mon grand père…  Je l’ai eu pendant des années, et je ne m’en lasse pas. J‘en ai hérité avec des chaises et les lampes de la chambre. Tout a été fabriqué à partir de bois de teck, dans les fin des années 50, et ils sont en très bon état. Le cheval est un artisanat typiquement suédois. Sur la droite vous pouvez voir un sac de couchage tricoté, appelé koo-Koon. Vous pouvez également voir les crânes d’un renard et d’un sanglier, des trésors de la forêt! « 

liisa viira appartement_4

Au mur à gauche, « la « petite aiguille d’or » est un prix de mode que j’ai reçu en 2010. La chaise et la table sont des secondes-main, trouvées.

liisa viira appartement_8

« Ma cuisine est très ascétique. J’ai construit l’évier sur un vieux cadre métallique et j’ai recouvert le haut de métal zingué.  »

1 Comment

Laisser un commentaire